Préparation à l’accouchement : « la méthode classique »

Les nouvelles méthodes de préparation à l’accouchement se développent (haptonomie, sophrologie, chant pré-natal, hypnose…) et viennent compléter la méthode de préparation à l’accouchement, que l’on qualifie de « classique », dispensée par les sages-femmes.

La préparation à l'accouchement avec une sage-femme : la préparation classique.

 

Quelles sont exactement les fonctions de ces sages-femmes qui nous accompagnent au cours de nos grossesses ? Comment se déroule la préparation à l’accouchement avec elles ?

Autant de questions que j’ai posées à Claire, sage-femme depuis 5 ans.

Claire, qu’est-ce qui t’a attirée dans le métier de sage-femme ?

Le côté humain, et le fait de pouvoir « participer », au quotidien, au miracle de la naissance, car même après avoir vu des centaines d’accouchements, cela reste toujours un moment unique.

Toutes les futures mamans ont déjà rencontré une sage-femme, mais peux-tu nous en dire un peu plus sur ton métier ?

D’un point de vue purement médical, il consiste à surveiller l’évolution des grossesses non pathologiques, à dépister les situations à risque afin de les rediriger vers un gynécologue ou une autre spécialité médicale selon les cas. Il consiste également à suivre le travail et à pratiquer les accouchements eutociques (c’est-à-dire les accouchements qui ne présentent pas de complication). Après la naissance, il s’agit d’assurer le suivi post partum de la jeune maman et du nouveau-né. Enfin, il permet de pratiquer la rééducation périnéale des jeunes mamans.

Une sage-femme peut pratiquer au sein d’une clinique ou d’un hôpital, comme moi, ou bien exercer sa profession de manière libérale. Dans ce cas, elle pourra effectuer un suivi à domicile des grossesses pathologiques et des accouchées.

Par ailleurs, il consiste à accompagner les futurs parents à accéder à la parentalité de manière plus sereine lors des séances de préparation à l’accouchement et lors de l’entretien prénatal précoce (qui nous permet également de dépister les situations à risque d’un point de vue social).

Comment se déroule la préparation à l’accouchement à l’hôpital ?

La préparation compte 7 séances de groupe, 8 si les patientes souhaitent effectuer l’entretien prénatal précoce individuel.

La première séance est une introduction à la préparation dans son ensemble, on y effectue la présentation du groupe et du déroulement des séances suivantes. Les patientes reçoivent le trousseau que la maternité recommande, j’explique en détail chaque point et j’aborde plusieurs notions d’hygiène de la grossesse.

Par la suite, les séances se divisent en deux temps, une première partie théorique où nous parlons, dans l’ordre chronologique, des motifs de consultations en urgence à la maternité que ce soit pendant toute la grossesse ou à terme (avec redéfinition de ce que nous appelons le terme et les risques selon le terme d’accouchement), du déroulement du travail (durée, ce qui ce passe au niveau du col de l’utérus, la fréquence des contractions, la péridurale, le risque de césarienne), de l’expulsion (la poussée, comment bébé évolue dans le bassin, l’utilisation de ventouses, forceps ou spatules), du post partum immédiat (ce qui se déroule pendant les 2 heures après l’accouchement : délivrance, les points, l’hémorragie de la délivrance, les soins à bébé), du séjour en suites de couche (rapidement), de l’alimentation de bébé (que ce soit au sein ou au biberon). Enfin, le dernier cours aborde le retour à domicile et la contraception et surtout un retour sur tout ce que les patientes souhaitaient revoir.

Tous les thèmes abordés ne sont pas toujours poussés dans les détails, afin de ne pas trop effrayer les patientes…

La deuxième partie des cours est consacrée aux exercices, si possible liés aux thèmes abordés : les positions à adopter pendant la grossesse (pour soulager le dos, entre autre), la respiration à adopter pendant les contractions afin de mieux les gérer, les positions de travail, d’accouchement, les différents modes de poussée ou de la relaxation.

A quel moment de la grossesse doit-on commencer la préparation à la naissance ?

Nous commençons les séances aux alentours de 30-31 semaines d’aménorrhées.

As-tu suivi des formations spécifiques de préparation à la naissance ? Si oui, lesquelles ?

Je n’ai eu que la formation initiale à l’école de sages-femmes, mais je n’ai rien pu avoir d’autre car l’hôpital n’a jamais eu de budget pour me former à des préparations particulières. Cependant, plein de formations sont disponibles si l’établissement à le budget nécessaire : sophro, haptonomie, yoga, en piscine… Une de mes collègues proposait d’ailleurs une prépa yoga avant son congé maternité.

Toutes les séances effectuées auprès des sages-femmes sont intégralement remboursées. Il est important de préciser que les futures mamans qui ont une grossesse pathologique peuvent bénéficier d’un suivi à domicile et effectuer leur préparation à la naissance chez elles. Les séances sont également remboursées.

Et vous, prévoyez-vous d’effectuer votre préparation à la naissance auprès d’une sage-femme ?

Estelle (Miléa le blog)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s