Pixels et culture : le jeu vidéo

Ce mois-ci, si vous avez suivi les actualités sur le web et les réseaux sociaux, vous aurez peut-être entendu parler de l’E3, la grande conférence du jeu vidéo qui s’est tenue entre le 16 et le 18 juin et qui réunit chaque année tous les fadas de jeu vidéo, puisque l’on y annonce toutes les grandes nouveautés à venir (c’est un peu la fashion week du monde du jeu vidéo). C’est donc le bon moment pour moi pour vous parler de l’une de mes passions !

Beaucoup décrié durant les années 90, le JV (jeu vidéo pour les intimes) a encore relativement mauvaise réputation aujourd’hui auprès de ceux qui le connaissent le moins. Pourtant, loin des clichés auxquels on le relie : violence, isolement, addiction … c’est aussi un objet culturel riche, et c’est ce que je vous propose de découvrir à travers mon article.

Les jeux vidéos : pas si bêtes!

Nombreuses sont les mamans qui n’aiment pas voir leurs enfants s’occuper sur une console de jeux. La mienne râlait souvent lorsqu’elle me voyait la manette à la main, sans doute parce qu’à l’époque les jeux électroniques étaient très mal perçus. Aujourd’hui, ils se font peu à peu une place dans le monde culturel et sont un peu mieux acceptés. Peut-être parce que l’on reconnaît mieux leur dimension culturelle.

Parce que non, dans le jeu vidéo, il n’y a pas que des combats gratuits, des jeux de tirs à la première personne ou les courses poursuites de Grand Theft Auto. Il y a également de belles histoires, des univers enchanteurs et même de quoi faire réfléchir.

Final Fantasy 10

Image extraite du jeu Final Fantasy 10 de Square Enix

Comme exemple, je vous prendrai ma catégorie de jeux vidéos préférée : le RPG > Role Playing Game. Le jeu de rôle en bon français. Ce n’est pas forcément le genre le mieux connu. Typiquement, le RPG c’est un jeu qui repose sur un scénario solide et construit (sauf quelques cas) qui s’inspire parfois de la mythologie, et sur un gameplay qui va réunir des phases d’exploration et des phases plus tactiques et stratégiques de combat.

La durée de vie de ces jeux est généralement très longue (30 heures au minimum) et vous fait vivre en même temps une longue aventure… J’ai toujours abordé ces jeux avec beaucoup de plaisir, de la même manière qu’un bon roman. Certains jeux sont de véritables chefs d’œuvres tant ils parviennent à vous porter, et à vous faire éprouver de l’attachement pour leurs protagonistes. Mais ils ne sont pas des œuvres seulement pour ça.

Les artistes derrière les pixels

C’est toute une équipe qui travaille sur la réalisation d’un jeu vidéo : scénaristes, characters designers et dessinateurs, compositeurs, développeurs … Ils sont restés pendant longtemps dans les coulisses et sont davantage révélés au grand public aujourd’hui.

 

A gauche : illustration de  A.Yoshida, character designer, pour le jeu Vagrant Story (2000)/  A droite : illustration de Y. Amano pour Final Fantasy VI (1994)

A gauche : illustration de A.Yoshida, character designer, pour le jeu Vagrant Story (2000)/ A droite : illustration de Y. Amano pour Final Fantasy VI (1994)

Les jeux actuels nécessitent par ailleurs un travail d’écriture de plus en plus approfondi et certains jeux sont de vrais films interactifs. Les technologies actuelles permettent même de modéliser de vrais acteurs dans les jeux : le jeu Beyond Two Souls utilise par exemple le visage de l’actrice Ellen Page (qu’on a pu voir dans Inception notamment) pour sa protagoniste.

Edité par Quantic Dream et Sony en 2013 pour PS3

Edité par Quantic Dream et Sony en 2013 pour PS3

Côté musique, depuis quelques années maintenant, de plus en plus de concerts sont consacrés à la bande originale des jeux vidéos, on a pu notamment en voir sur Paris dernièrement : Distant World, le concert dédié aux compositions de Nobuo Uematsu pour la série des RPG Final Fantasy ou encore « Symphony of the Godesses » le concert dédié au jeu « The Legend of Zelda ». Et les salles étaient remplies.

Pour le plaisir, je vous fait écouter un petit extrait :

Les évolutions du jeu vidéo : apprendre ou entretenir son corps

Ces dernières années ont également vu naître un nouvel usage du jeu vidéo à travers le Serious Game. Le Serious Game, c’est l’utilisation des jeux vidéos dans un objectif de formation ou d’apprentissage. De plus en plus d’entreprises utilisent aujourd’hui le jeu pour former ou pour sensibiliser leurs employés, par exemple aux enjeux du développement durable. Le Serious Game est aussi utilisé auprès d’enfants autistes par exemple, pour les aider à développer leur capacités cognitives.

Le jeu vidéo est aussi de plus en plus utilisé à des fins plus « sportives ». Avez-vous déjà testé la planche Wii Fit développée par Nintendo et qui vous permet d’effectuer des exercices de fitness à la maison? … (Bon c’est sûrement moins efficace qu’une salle de sport !).

Bref, aujourd’hui le jeu vidéo c’est bien plus que des pixels! Ce sont des jeux aboutis et bien réalisés, mais aussi des outils d’apprentissage, des outils de loisirs voire de remise en forme. Mais surtout c’est un bien culturel à part entière avec de nombreuses manifestations et événements : E3, salons et expositions (Paris Games Week, Japan expo, …) et concerts. Une culture à découvrir!

Digitalement vôtre,

Raphaëlle – Webngirls.fr

Publicités

2 réflexions sur “Pixels et culture : le jeu vidéo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s